Histoire de l'Aviron au Canada

Une brève histoire de l’aviron canadien

Les débuts de l’aviron au Canada remontent au commencement du 19e siècle, sur la côte est. Le sport s’est étendu sur la côte ouest dans les cent ans qui ont suivi. On rapporte que la première course s’est tenue en 1811 dans le port de Halifax. La première régate annuelle a été probablement organisée dès 1814, mais assurément avant 1826 et se tient encore régulièrement au lac Quidi Vidi à St. John's, Terre-Neuve. Les régates annuelles dans les régions centrales du Canada ont commencé dans les années 1840 dans le port de Toronto, bien que des régates se sont déroulées à l’occasion le long du fleuve Saint-Laurent.

Même si dans sa forme première l’aviron se pratiquait sur un siège fixe, le siège coulissant a été introduit au Canada vers le milieu du siècle. Le Canada continental a adopté cette invention, tandis que jusqu’à ce jour, Terre-Neuve continue la pratique de la forme traditionnelle de l’aviron.

Les rameurs canadiens des provinces maritimes ont été les premiers à se bâtir une réputation d’excellence. À Halifax, les rameurs de couple George Brown et Jack Lovett ont acquis une renommée pour leur habileté à gagner devant les rameurs de couple bien connus des États-Unis. En 1867, un équipage de Saint John au Nouveau-Brunswick s’est rendu à Paris, en France pour l’exposition universelle et a remporté les deux épreuves du quatre de pointe en défaisant les équipages américains et anglais. Dès lors et jusqu’en 1903, les rameurs professionnels canadiens ont remporté des régates importantes, y compris les Championnats du monde. Ned Hanlan, en 1880 et Jake Gaudaur, en 1896 ont remporté tous les deux le titre mondial en skiff. Les rameurs de couple canadiens ont régné en maîtres pendant deux décennies.

L’équipage qui a concouru à l’exposition universelle de Paris a connu du succès jusqu'à sa dissolution en 1876. Leurs réalisations ont été reconnues par leur intronisation posthume au Panthéon des sports canadiens en 1956 et au Temple de la renommée sportive du Nouveau-Brunswick en 1972. (Photo : Archives nationales)

In 1904, Lou Scoles, du Don Rowing Club, remporta l’équivalent du titre mondial pour les rameurs de couple amateur, le Diamond Sculls de la Henley Royal Regatta. À son retour au Canada, 100 000 personnes ou un tiers de la population de Toronto étaient venus l’accueillir sur les quais.

En 1911, un équipage de quatre de pointe du Winnipeg Rowing Club remporta la première épreuve en équipage du Canada à la Henley Royal Regatta, soit la coupe Steward's.  Après la Première Guerre mondiale, de 1927 à 1930, les rameurs de couple canadiens, Jack Guest et Joe Wright Junior ont confirmé la réputation d’excellence du Canada à la Henley Royal Regatta. Toutefois, le succès dans les épreuves en équipage continuait d’échapper aux Canadiens.

Après la Seconde Guerre mondiale, la domination du Canada en aviron a connu un léger déclin jusqu’en 1954, lorsque l’Université de la Colombie-Britannique, de concert avec le Vancouver Rowing Club, a établi une autre décennie d’excellence mondiale. Les rameurs de la côte ouest ont récolté des médailles, y compris deux d’or et deux d’argent aux Jeux olympiques de 1956, 1960 et 1964. Sous la direction de l’entraîneur Frank Read, ces équipages ont établi une réputation pour l’aviron canadien qui s’est étendue jusqu’à la fin du vingtième siècle. Cependant, après les Jeux de 1964, le Canada a de nouveau connu un déclin jusqu’en 1977, soit l’année de l’entrée en scène des femmes dans l’aviron.

L’aviron féminin canadien a commencé à briller à la fin des 1970. Ici, le huit de pointe féminin aux Mondiaux de 1977.

À partir de 1977, les équipages féminins canadiens se sont mis à remporter des médailles comme jamais auparavant dans le monde occidental. Ce faisant, le Canada a dominé les pays occidentaux dans la course aux médailles contre les anciens pays communistes. En 1984, le huit de pointe masculin canadien a finalement remporté l’or olympique en défaisant le huit de pointe américain par une mince avance. Des équipages poids légers et poids lourds ont par la suite remporté les Championnats du monde sur une base quasi annuelle.

Le huit de pointe masculin canadien a remporté l’or aux Jeux olympiques de 1984 à Los Angeles. Il a de nouveau remporté l’or en 1992 et en 2008. 

Aux Jeux olympiques de 1992, les femmes, menées par Marnie McBean et Kathleen Heddle, ont récolté trois médailles d’or et une de bronze. Ces deux femmes ont continué à remporter des médailles sur la scène mondiale durant le reste de la décennie pour devenir les athlètes olympiques les plus décorées du Canada. Leur coéquipière Silken Laumann, championne du monde en skiff au cours de l’année précédente, a galvanisé le pays lorsqu’elle a remporté une médaille de bronze en dépit d’un grave accident survenu dix semaines avant les Jeux olympiques de 1992. On rapporte que trois millions de Canadiens ont regardé la finale de cette compétition en direct, alors qu’elle était diffusée 3 h. Les hommes ont quant à eux remporté l’or au huit de pointe.

Marnie McBean (à gauche) et Kathleen Heddle sont les premières athlètes canadiennes à avoir remporté trois médailles d’or olympiques. Elles ont concouru ensemble aux Jeux olympiques de 1992 et de 1996.

Le Canada a également inscrit des performances exceptionnelles aux Jeux olympiques de 1996 et de 2008, et l’aviron est jusqu’à présent l’un des sports olympiques d’été dans lesquels le Canada est le mieux classé.

En 2008, l’aviron adapté (qu’on appelle aujourd’hui para-aviron) a été ajouté au programme des Jeux paralympiques, et le Canada a envoyé une équipe compétitive à Beijing pour concourir à cette régate historique.

Fondée il y a un peu plus de 130 ans, la régate Royal Canadian Henley à St. Catharines, en Ontario, est considérée comme le plus important événement d’aviron en Amérique du Nord.

Sur la scène nationale, la régate Royal Canadian Henley et les Championnats de l’Association canadienne d’aviron des écoles secondaires se sont taillé une place parmi les événements nord-américains d’envergure éclipsant parfois des événements similaires aux États-Unis.

Au Canada, l’aviron dépasse tous les autres sports d’été dans la poursuite de médailles sur la scène mondiale. L’aviron canadien devance également les autres pays en ce qui a trait à la préparation de manuels administratifs et techniques ainsi que de manuels sur la sécurité.

Et d’autres réalisations à venir!